Photo Comment organiser un dîner networking ?

Comment organiser un dîner networking ?

De nombreux professionnels sont intéressés à l'idée d'organiser leur propre événement de réseautage. Après tout, il y a des avantages professionnels évidents à être connu en tant que communicateur, et si vous êtes introverti, vous pouvez créer des événements qui sont adaptés à vos préférences en termes de socialisation.


Au cours des cinq dernières années, j'ai organisé près de 80 dîners de networking - et j'ai donné mon avis sur diverses facettes du processus, notamment sur la façon de créer la bonne liste des invités. Mais souvent, ce sont les petits détails qui interfèrent : Où faut-il tenir un événement de networking ? Qui paie pour cela ? Comment éviter les blancs ? Voici quatre points essentiels pour assurer le succès de votre rencontre.


Tout d'abord, décidez où se tiendra votre événement. Si vous êtes un cuisinier fantastique, vous aimeriez peut-être l'idée d'inviter des gens à la maison. En effet, vous pouvez souvent y vivre une expérience beaucoup plus intime, mais cela peut être difficile sur le plan logistique.


La première fois que j'ai cuisiné chez moi, j'ai eu la mauvaise surprise d'apprendre que le repas que j'avais prévu était incompatible avec les régimes particuliers de deux de mes invités. Si vous préférez vraiment organiser votre événement chez vous, songez à embaucher un chef ou, du moins, à embaucher des serveurs, pour avoir le temps de socialiser avec vos invités - et offrez-leur une variété d'entrées.


J'organise maintenant tous mes événements dans un restaurant habitué aux restrictions alimentaires. Une astuce : organisez vos événements au début de la semaine de travail, le restaurant est ainsi moins bondé et moins bruyant.


Ensuite, décidez comment procéder au paiement. Si vous dînez au restaurant, la partie la plus gênante d'un dîner, c'est quand l'addition arrive. Payer le repas à tout le monde est très généreux de la part de l'hôte - mais si vous prévoyez d'organiser des diners fréquemment, cela peut vite devenir coûteux. Par ailleurs, c'est mission impossible de diviser justement l'addition (" Qui a mangé les pennes aux artichauts ? "), et la diviser à parts égales est injuste pour les petits mangeurs.


Dans certaines villes, il peut être difficile de trouver des restaurants qui acceptent de séparer les additions pour les groupes - mon assistant a appelé près de 100 restaurants et n'en a trouvé que quatre qui le feraient - mais c'est ce que je préfère. J'ai fait savoir à l'avance à mes invités que "nous mangerons hollandais, et le restaurant accepte de diviser l'addition". C'est une option qui semble équitable pour la plupart des gens. Après tout, ils ne viennent pas pour profiter d'un repas gratuit ; ils participent à une conversation avec des gens formidables, et c'est là que vous devriez concentrer votre énergie en tant qu'hôte.


Les opinions sont diverses et variées, mais je suis aussi un fan du partage à l'avance de la liste des invités. Certains dîners networking reposent sur l'idée qu'il ne faut pas parler du travail pour que les autres apprennent à connaître le "vrai vous". C'est une bonne philosophie, mais ce n'est pas la mienne : Je crois que pour les personnes qui cherchent à accomplir de grandes choses, le travail peut et doit être un élément central de leur identité, et ne pas en parler semble contre-productif. De plus, en tant qu'introverti, je me sens plus à l'aise lorsque je sais à l'avance qui sera dans la salle pour pouvoir réfléchir à ce dont je vais discuter avec eux.

À cette fin, et dans l'esprit d'aider les autres introvertis, j'envoie un e-mail de rappel aux participants environ une semaine à l'avance, avec des liens vers le site Web de chacun ou le profil LinkedIn. Cela leur permet de se connecter par la suite et - s'ils le souhaitent - de se renseigner à l'avance auprès de leurs compagnons de table. Si les gens préfèrent avoir la surprise, ils peuvent simplement ignorer tous les liens.

Enfin, en tant qu'hôte, il est primordial d'intervenir et de mener la conversation. Un trop grand nombre d'hôtes ne comprend pas ce devoir ; il reste passif et présume que lorsqu'on réunit des personnes dans une pièce, on fait son travail. Cependant, ce n'est que la moitié de la chose. On ne peut pas s'attendre à ce que de brillantes conversations se produisent spontanément. Après que tout le monde ait commandé, j'interromps les conversations individuelles - quitte à agiter les bras et à dire : "Désolé, je veux juste attirer l'attention de tout le monde pendant un moment.’’

J'explique que prendre quelques instants pour se présenter donnera à chacun une meilleure idée de qui est à la table, de sorte à savoir avec qui ils aimeraient parler plus tard dans la soirée. Je commence alors moi-même les introductions, ou j’interpelles pour commencer une personne qui a déjà assisté à un dîner précédent. Je demande aux gens d'indiquer leur nom, l'endroit où ils habitent, quelques informations professionnelles de base, puis je leur pose une question bonus qui peut révéler des intérêts communs parmi les invités. Il peut s'agir de "Qu'est-ce qui t'excite le plus dans ta vie en ce moment", ou "Raconte-nous une fois où tu as fait quelque chose de courageux" ou "Pourquoi et qu'est-ce que tu soutiens une charité ?’’ Cela permet aux participants de se connecter à un niveau plus profond et, une fois la partie "officielle" de la soirée terminée, de dialoguer de manière plus nuancée les uns avec les autres.


L'organisation d'événements de networking peut être gratifiante, tant sur le plan personnel que professionnel. En suivant ces stratégies, vous vous assurez que vos événements soient un succès.