Tout savoir sur le cancer colorectal

Le cancer colorectal est l’un des cancer les plus développés en France. Beaucoup plus fréquent dans les pays industrialisés, les habitudes de vie jouent un rôle primordial dans son développement. Continuez la lecture de notre article pour découvrir tout ce que vous avez à savoir sur le cancer du côlon.

Quelles sont les causes du cancer colorectal ?

Les chercheurs étudient encore les causes du cancer colorectal. Le cancer peut être causé par des mutations génétiques, héritées ou acquises. Ces mutations ne garantissent pas que vous développerez un cancer colorectal mais elles augmentent vos chances. Certaines mutations peuvent entraîner l’accumulation de cellules anormales dans la paroi du côlon, formant ainsi des polypes. Il s’agit de petites excroissances bénignes. L’ablation de ces excroissances par chirurgie peut être une mesure préventive. Les polypes non traités peuvent devenir cancéreux.

Qui est exposé au risque de cancer colorectal ?

Il existe une liste croissante de facteurs de risque qui, seuls ou combinés, augmentent les risques de développer un cancer colorectal. Certains facteurs qui augmentent votre risque de développer un cancer colorectal sont inévitables et ne peuvent être modifiés. L’âge est l’un d’entre eux. Vos chances de développer ce cancer augmentent après l’âge de 50 ans. Si vous avez des antécédents de polypes du côlon, des antécédents de maladies intestinales, des antécédents familiaux de cancer colorectal, vous faites partie des personnes à risque. D’autres facteurs de risque sont évitables. Cela signifie que vous pouvez les modifier pour diminuer votre risque de développer un cancer colorectal. On parle notamment du surpoids, de l’obésité, du fait de fumer, de boire beaucoup etc.

Quels sont les traitements pour le cancer du côlon ?

Les options de traitement du cancer colorectal dépendent du stade de la tumeur, c’est-à-dire de son degré de propagation ou de sa profondeur dans la paroi intestinale et les autres tissus ainsi que de sa localisation dans le côlon ou le rectum. En général, les patients atteints de cancer du côlon reçoivent une chimiothérapie après l’opération si le ganglion lymphatique est positif. Pour le cancer colorectal, la plupart des patients dont les ganglions lymphatiques sont positifs ou dont les tumeurs s’étendent dans les tissus graisseux entourant le rectum reçoivent une chimiothérapie et une radiothérapie avant la chirurgie. Le traitement est également adapté à l’âge du patient, à ses antécédents médicaux, à son état de santé général et à sa tolérance à certains médicaments et traitements.

Focus sur la chirurgie

La chirurgie est la thérapie la plus couramment utilisée pour traiter le cancer du côlon. Si vous ou l’un de vos proches est atteint d’un cancer du côlon, il est important de connaître toutes les options chirurgicales disponibles pour obtenir le meilleur résultat possible. Ces informations vous aideront à vous sentir prêt lorsque vous devrez prendre des décisions avec votre médecin. Le type d’intervention que vous choisissez dépend du degré d’avancement de votre maladie, de sa localisation, de votre état de santé général et d’autres facteurs. Dans certains cas, les chirurgiens peuvent utiliser des procédures peu invasives. La chirurgie laparoscopique et la chirurgie robotique en sont des exemples. Au vu de toutes les options disponibles, il est toujours essentiel de demander l’avis à plusieurs médecins et chirurgiens pour être sûr de vos choix. Grâce à sa plateforme de mise en relation entre patient et expert de la santé, Deuxième Avis vous aide à éclairer vos choix. Rendez-vous sur https://www.deuxiemeavis.fr/pathologie/cancer-du-colon pour plus d’informations.

Focus sur la chimiothérapie

Il s’agit d’un traitement médicamenteux : des médicaments sont administrés par voie intraveineuse ou orale pour tuer les cellules cancéreuses. De faibles doses de chimiothérapie sont généralement administrées en même temps que la radiothérapie afin d’améliorer l’efficacité des rayons. Certains patients peuvent avoir besoin de doses plus élevées avant et après l’opération afin de réduire les risques de réapparition de la tumeur dans une autre partie du corps. Comme la radiothérapie, la chimiothérapie peut également soulager les symptômes et prolonger la survie des patients atteints de tumeurs métastatiques ou incurables.